Prise de parole de Palestine Amitié durant la marche pour la paix qui s'est déroulée le 23/09/2017 à Besançon


 

 

Il ne peut y avoir de paix sans justice.

 

En Palestine, les Palestiniens n’ont plus aucun droits : l’occupant israélien accapare leur terre, détruit leur maison, saccage leurs cultures, et cela en toute impunité.

Ils résistent « résister, c’est exister » disent-ils. Mais la moindre résistance, même non-violente est combattue violemment et les conduit à la prison. Or la déclaration des Droits de l’Homme de 1789, art.2  précise : «la résistance à l’oppression est un devoir fondamental».

En Avril 2017,  1500 prisonniers politiques palestiniens ont entamé une grève de la faim dans les geôles israéliennes.

Actuellement, 6500 prisonniers politiques palestiniens sont emprisonnés et cela pour un pays guère plus grand que le département du Doubs

   - dont 300 mineurs (à partir de 12 ans en violation de la Convention internationale pour les Droits de l’enfant),

   - 580 Palestiniens sont en détention administrative (chiffre de 2015).

Depuis 1967, date de l’occupation de la Cisjordanie par Israël, ce sont 700 000 Palestiniens qui sont passés par les prisons israéliennes. Comparé à la population française, cela équivaudrait à 10 millions de personnes arrêtées par l’armée d’occupation.

La fédération Internationales des Droits de l’homme souligne que les conditions de détention infligées aux prisonniers palestiniens ne respecte aucun des standards internationaux et que 85 %  d’entre eux ont été soumis aux pratiques de la torture.

La prison coloniale est pour Israël un instrument de destruction de l’identité de la société palestinienne.

Notre ami franco-palestinien Salah HAMOURI est encore une fois emprisonné par Israël.

Salah HAMOURI, marié à une française, père d'un jeune enfant, vivant à Jérusalem-Est, cet avocat de 32 ans est un fervent défenseur des Droits de l'Homme.

Libéré le 18 décembre 2011 après 7 ans de détention suite à un procès inique dont il a toujours nié l'accusation, Salah HAMOURI a de nouveau été arrêté chez lui le 23 août 2017 par l'armée d'occupation israélienne et incarcéré. Il est condamné à 6 mois de détention administrative

La détention administrative permet à Israël d'incarcérer tous les opposants palestiniens pour  une période de 6 mois renouvelables indéfiniment, sans procès, soit un arbitraire total.

Salah était notre invité, en septembre 2014, pour la journée de la paix que nous avions organisée à Besançon.

Nous demandons au Président de la République qu’il intervienne auprès des autorités israéliennes pour exiger la libération de Salah HAMOURI. Nous vous invitons à lui écrire.

Vous trouverez adresse et modèle auprès des militants de Palestine-Amitié, ici présents.

 

En conclusion : Le rapporteur spécial de l’ONU, Richard FALK, a déclaré : « Israël impose un régime d’apartheid violent au peuple palestinien, ce qui constitue un crime contre l’humanité »