PALESTINE-AMITIÉ Besançon

10 décembre 2018

Bulletin de Palestine-Amitié-Besançon - N° 11 - Décembre 2018.

Le bulletin de Palestine-Amitié-Besançon est disponible.
Pour le consulter, ou le télécharger : Cliquer sur l'image ci-dessous. Il s'ouvrira dans un nouvel onglet.

PalAm_Bulletin_Image

Posté par palesamitie à 08:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]


05 décembre 2018

Récits du Voyage solidaire, de Palestine-Amitié-Besançon, de novembre 2018.

Le récit, en PDF est consultable et téléchargeable, en cliquant sur l'image ci-dessous.
Il s'ouvrira dans un nouvel onglet.

Les participants au Voyage Solidaire 2018 vous invitent à venir partager leurs témoignages et impressions, 
le vendredi 7 décembre à partir de 18h30 à Valdahon, 3, rue de l’Église.

Palestine Amitié participe au Marché de Noël Solidaire, au Square St-Amour du vendredi 7 au mercredi 12 décembre 2018.

2018_11_03_2_Titre

Posté par palesamitie à 11:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 novembre 2018

VOYAGE SOLIDAIRE 2018 en Palestine. Actualisé le 9 Novembre.

Organisé comme chaque année par Palestine-Amitié, le voyage vers la Palestine a démarré ce jeudi 2 novembre aux aurores…
Partis au petit matin de Besançon pour un décollage à 7h de Genève, nos 15 participants, sous la conduite de notre amie, Cathy Ruelle, sont arrivés à Tel Aviv à midi et, vers 15 heures, ils étaient à Jérusalem, lieu de leur première étape.
C’est de là que les premières nouvelles envoyées par Cathy nous sont parvenues.
2 novembre : Vue sur le Mur lamentations et l' Esplanade des Mosquées :
3 novembre : le groupe à Jérusalem (maison d'Abraham) :
Nous voici donc arrivés depuis vendredi où, le soir même, nous faisions une première visite dans la Vieille Ville.
Souk depuis la porte de Damas et passage au Mur des Lamentations. Comme c’était début du Shabat, il y avait un monde fou !!!! 
Hier, samedi, tour géopolitique de Jérusalem avec Sabri, en terminant au St Sépulcre.
Ce matin nous allons partir pour une visite libre sur l’Esplanade des Mosquées. Puis nous nous dirigerons vers Nabi Samuel.

2018_10_02

3 novembre : le groupe à Jérusalem (maison d'Abraham) :

2018_10_03

 Prochaine visite : Village enclavé de Nabi Samuel, et ses difficiles réalités…

7 novembre : Visite de Khan al Ahmar :

Khan_al_Ahmar_1600

 

9 novembre : Journée très riche hier en compagnie de Fayez.
Visite de la ferme puis des champs d¹oliviers plantés avec le soutien de Palestine-Amitié Besançon.
Excellent repas chez Fayez et Mouna puis rencontre avec un Monsieur réfugié âgé de 85 ans qui nous a raconté sa Nakba.
Encore une rencontre qui laissera beaucoup de traces en chacun d¹entre nous.
Ce matin visite de Sabastya et arrivée à Ramallah.

Demain jour anniversaire de la mort de Yasser Arafat, donc cérémonie, donc fermeture prématurée du musée que nous n¹avons pu, hélas, visiter
aujourd¹hui. Peut être demain ?
Tout va bien jusqu¹alors.

2018_11_09_1

2018_11_09_2

Posté par palesamitie à 18:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

30 octobre 2018

Projection du film "LES 18 FUGITIVES"

Dans le cadre de la manifestation FESTISOL Palestine-Amitié a le plasir de vous inviter à voir (ou revoir) ce film où la résistance prend une forme "vachement belle"

 festisol-2018-18fugitives-V1-page001

Posté par palesamitie à 13:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 octobre 2018

Les 7 heures pour la Palestine en images.

Cet évènement du 13 octobre 2018, organisé à la salle Battant par
le « Collectif pour la Palestine de Besançon », fut un réel succès.

IMG_5510-R

IMG_5525-R

IMG_5532-RM2

Fayçal SALHI, compositeur et joueur de oud.IMG_5554-RL

 

 

Chorale Rouge et Noir.IMG_5590-RM

 

Conférence de Denis Sieffert.IMG_5664-RL

 

Posté par palesamitie à 10:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]


12 octobre 2018

Gaza sous le feu des projecteurs.

Merci à l’AFPS de nous adresser ce message permettant à ceux qui ne l’auraient pas vu le moyen de le faire.
Et dire que ces jeunes palestiniens mutilés trouvent encore le moyen de jouer au foot et de faire du vélo !

Envoyé_Spécial_Capture

Avec l’émission «Envoyé Spécial», Gaza était hier soir 11 octobre sous le feu des projecteurs.
Malgré d’énormes pressions, notamment celles de l’ambassade d’Israël et de quelques-uns de ses affidés, qui ne cessent de présenter toute critique des agissements criminels de l’armée israélienne comme relevant de l’antisémitisme et tout Palestinien comme «terroriste», la direction de France 2 a tenu bon.
C’est maintenant un très large public qui sait que l’armée israélienne tire sur les habitants de Gaza qui manifestent pacifiquement près de la barrière qui les enferme, pour les tuer ou pour les mutiler, n’épargnant ni les enfants, ni le personnel médical ni les journalistes. Elle tire en utilisant des munitions spécialement conçues pour provoquer des dégâts irrémédiables.
Ces habitants, parmi lesquels beaucoup de jeunes, expriment leur refus de voir leurs droits bafoués, leur refus de voir leurs rêves brisés et leur vie ruinée par le blocus inhumain que l’État d’Israël impose depuis plus de 11 ans aux 2 millions d’habitants de la Bande de Gaza.
Lorsqu’un État met l’apartheid et le développement de la colonisation dans ses lois constitutionnelles, lorsque le fait même d’être né sur cette terre prive les Palestiniens de tous leurs droits, lorsque le projet politique est de les déposséder de leurs ressources et de les priver de leur liberté, c’est la barbarie qui s’exprime. Elle conduit naturellement à la négation de l’existence et de l’humanité de l’Autre, qui n’est plus vu que comme une cible à travers les lunettes de visée des fusils.
Elle se traduit aujourd’hui, de la manière la plus brutale, par les tirs des snipers de l’armée israélienne dont nous avons pu voir les effets à travers le reportage. Nous avons pu mesurer la dignité, mais aussi la détresse, de toutes ces personnes mutilées, y compris des enfants, dont la vie a basculé par la volonté délibérée d’un sniper israélien et de son commandement.
Bertrand Heilbronn, président de l’Association France Palestine Solidarité, a déclaré :
«Il faut que la société israélienne prenne massivement conscience de l’impasse dans laquelle elle est en train de s’enfermer. Cela ne sera possible que par une action résolue des citoyens et des États du monde entier. Au-delà de la campagne BDS qui s’impose plus que jamais, nous appelons toutes les personnes de conscience à refuser d’être complices de cette barbarie et à le faire savoir.
En ce qui concerne les États et donc le gouvernement français et le président de la République, les mots ne suffisent plus. Nous appelons à ce que la France exige l’arrêt des tirs contre les civils palestiniens et suspende immédiatement toute relation militaire avec l’État d’Israël tant que la lumière n’aura pas été faite sur ces crimes. La France doit aussi exiger la levée immédiate du blocus illégal de la Bande de Gaza et mettre clairement sur la table la suspension de l’accord d’association entre l’Union européenne et Israël, tant que cet État agira à l’encontre du droit international et des droits de l’Homme.» 
Il est temps, il est grand temps, de mettre fin à cette barbarie qui, de silence en complicité, va finir par tous nous engloutir.
Le Bureau national de l’Association France Palestine Solidarité, 12 octobre 2018.
Ce reportage peut être revu sur : 
https://www.francetvinfo.fr/monde/palestine/gaza/video-gaza-une-jeunesse-estropiee_2977663.html
Rappelons que les parents de Razan Al-Najjar, jeune infirmière tuée le 1er juin par les tirs des snipers israéliens, sont actuellement en tournée dans toute la France avec le réalisateur d’un court-métrage à la mémoire de leur fille.
Association France Palestine Solidarité (AFPS) 
21 ter Rue Voltaire 75011 Paris 
Tél. : 01 43 72 15 79 
Suivez l'AFPS sur www.france-palestine.orgFacebook et Twitter.
AFPS : http://www.france-palestine.org/Gaza-sous-le-feu-des-projecteurs

Posté par palesamitie à 20:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 octobre 2018

Pour Amnesty International, Israël est un criminel de guerre.

Amnesty_International_Logo_900x366

"La démolition du village bédouin de Khan al-Ahmar, à l’Est de Jérusalem, le déplacement de ses habitants par la force, en vue d’étendre les colonies israéliennes illégales, est un crime de guerre", vient de déclarer Amnesty International.

"Ce n’est pas seulement un acte immoral, c’est illégal", a souligné Saleh Higazi, Directeur adjoint d’Amnesty pour le Moyen Orient et l’Afrique du Nord.

La démolition de ce village implique le déplacement de 181 résidents dont 53 % sont des enfants et 95 % des réfugiés.

La "justice" israélienne a entériné cette démolition sur la base de "la quasi-impossibilité d’obtenir d’Israel des permis de construire pour les habitants de Khan alAmar", ce qui résulte d’une politique discriminatoire de zoning par l’occupant israélien, ont fait remarquer les Nations Unies.

Comme 60 % des terres palestiniennes de Cisjordanie, qui sont en même temps les plus fertiles, Khan al-Ahmar se trouve en zone C depuis les accords d’Oslo, et donc sous total contrôle militaire israélien, bien que les mêmes accords aient prévu que cette zone C devait progressivement passer sous le contrôle de l’Autorité Palestinienne au bout de 5 ans.

Mais près de deux décennies plus tard, la terre en question est toujours aux mains de l’occupant.

Amnesty International a lancé depuis lundi une campagne sur les réseaux sociaux, ciblant le coordinateur israélien de l’administration des territoires occupés (qui fait partie du ministère israélien de la défense), chargé de la zone C.

"Il s’agit clairement d’une violation de la 4ème Convention de Genève, et d’un crime de guerre, selon les statuts de la CPI", a déclaré Amnesty, ajoutant que "depuis 1967, Israël a déporté des communautés entières, et démoli plus de 50'000 maisons et structures palestiniennes."

"Il fut absolument faire cesser ces crimes de guerre et la politique des destruction israélienne des maisons et de la vie des Palestiniens, à la faveur de la colonisation".

Il faut refuser tout crédit à la propagande israélienne qui s'exerce par l'entremise du commerce, de la culture, des échanges scientifiques ou sportifs: toute cette stratégie vise à faire oublier l'atrocité des crimes commis au quotidien par les fascistes au pouvoir en Israël. Pas un sou pour cette économie du crime.

Village_Khan-al-Ahmar

Posté par palesamitie à 13:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 octobre 2018

Quelques précisions sur le programme du samedi 13 octobre

7_heures_pour_la_Palestine_Flyer_2

« La terre parle arabe » est un film documentaire  de 2007 qui traite de la genèse du projet sioniste et de sa mise en œuvre depuis ses origines jusqu’à la création de l’état d’Israël. Basé sur des documents historiques et des témoignages, « La terre parle arabe » croise le regard de l’historien et du cinéaste pour soulever une vérité brûlante, celle du nettoyage et de la spoliation de la terre palestinienne par les sionistes.

La Chorale Rouge et Noir est une chorale  bisontine engagée qui interprètera quelques chansons traitant de la lutte des Palestiniens pour l’obtention de leurs droits légitimes.

Politis :  cet hebdomadaire  nettement engagé à gauche existe depuis maintenant 30 ans. Il n’a jamais varié dans son soutien constant à la cause palestinienne. Son directeur de publication actuel :  Denis Sieffert ne déroge pas à la règle : il est même devenu un spécialiste du conflit israélo-palestinien. Sa venue à Besançon coïncide avec la publication d’un numéro spécial de Politis  consacré à cette question. L’éclairage qu’il apportera sera de toute évidence passionnant.

Posté par palesamitie à 13:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 septembre 2018

7 heures pour la Palestine.

7_heures_pour_la_Palestine_Flyer_2Pour marquer dignement le 70 ème anniversaire de la Nakba (catastrophe en arabe),
le COLLECTIF PALESTINE de BESANÇON organise le samedi 13 octobre 2018
"7 heures pour la Palestine" dont vous pourrez trouver ci-après le programme exact.
Palestine-Amitié, qui est une des composantes dynamiques de ce Collectif, ne peut que vous encourager à participer à cette initiative visant à réaffirmer notre soutien à la cause palestinienne.
..........................................

Posté par palesamitie à 20:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 septembre 2018

À Dole, Festival "PALESTINE AU CŒUR". 3 Films à l'affiche.

Festival "Palestine au Cœur" organisé chaque année par nos amis dolois,

                                  du Réseau pour une Paix Juste au Proche-Orient.

PAB_Affiche_Palestine_au_coeur_2018

 

Affiches_3_Films

 

Wajib - L'invitation Au Mariage :
Abu Shadi, 65 ans, divorcé, professeur à Nazareth, prépare le mariage de sa fille. Dans un mois, il vivra seul. Shadi, son fils, architecte à Rome depuis des années, rentre quelques jours pour l’aider à distribuer les invitations au mariage, de la main à la main, comme le veut la coutume palestinienne du "wajib". Tandis qu’ils enchaînent les visites chez les amis et les proches, les tensions entre le père et le fils remontent à la surface et mettent à l’épreuve leurs regards divergents sur la vie.
Source AlloCiné.fr.

Derrière Les Fronts - Résistances Et Résiliences En Palestine :
Télérama : Ce documentaire dresse le portrait de la psychiatre psychothérapeute et écrivaine palestinienne Dr. Samah Jabr. Elle s’est spécialisée dans les stratégies et conséquences psychologiques de l’occupation palestinienne. Comment cela se manifeste t’il dans les esprits? Quels sont les outils pour y faire face? Son précieux témoignage, qui structure le film, est ponctué par des extraits de chroniques, des interviews de femmes et d’hommes qui partagent leurs histoires, leurs actes de résilience, de résistance.
Le Docteur Samah Jabr est une femme sage et réfléchie. Elle pense les effets subtils et dévastateurs de plusieurs années d’occupation brutale sur le peuple palestinien. Le film d’Alexandra Dols partage ses visions avec nous, d’une manière généreuse, humaine et profondément dérangeante. Ken Loach.

Ghost Hunting :
Pour affronter les fantômes qui le hantent, le réalisateur palestinien Raed Andoni rassemble un groupe d’ex-prisonniers pour recréer Al-Moscobiya, principal centre d’interrogatoire d’Israël, où il a été emprisonné à l’âge de 18 ans.
Source : akkafilms.ch.

Posté par palesamitie à 09:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]