PALESTINE-AMITIÉ Besançon

15 février 2017

Calendrier Palestine-Amitié 2017 prévisionnel au 15 février 2017

 Logo_Palestine_Amitié moyen

Voici à titre d'information le calendrier prévisionnel de Palestine-Amitié

 

Jeudi 26 janvier à 20 H, salle Proudhon : « Main basse sur l'info » avec Laurent MAUDUIT, journaliste et cofondateur de Médiapart

Marti 31 Janvier à 20 H : réunion du Collectif Palestine aux Bains-douche

Vendredi 3 février : diaporama sur le dernier voyage en Palestine (pour le CA et les personnes, ami(e)s du voyage)

Mercredi 8 février : Plateforme associative - préparation des questions à poser pour les prochaines élections

Mardi 14 février, 20 H, Maison des syndicats : Bilal nous fera son exposé sur la situation politique en Palestine et animera une discussion sur l’avenir de la Palestine

 

Taoufiq TAHANI

Vendredi 10 mars 20 h à la Salle Battant,

Invité par le Collectif PALESTINE de Besançon *

TAOUFIQ TAHANI Président national de l'AFPS (Association France Palestine Solidarité) exposera les arguments de la solution à un ou deux États.

Les composants du Collectif : ACCMMA (Association Comtoise pour la Connaissance du Maghreb et du Monde Arabe) - CCFD (Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement-Terre Solidaire)- EELV (Europe Ecologie les Verts) - Ensemble ! -  FSU (Fédération syndicale unitaire) – LDH (Ligue des Droits de l'Homme) – MRAP (Mouvement contre le Racisme et pour l'Amitié entre les Peuples) – Mouvement de la Paix – Palestine-Amitié – PG (Parti de Gauche) – Sud Solidaires – 


Posté par palesamitie à 18:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]


06 février 2017

Soirée Palestine 14 février 2017

DSC00101 web

à la MAISON DES SYNDICATS   PLANOISE

Le 14 février notre ami Bilal SHAFFEI, universitaire palestinien invité par l’Université de Franche-Comté accepte, à la demande du Collectif Palestine, de faire un exposé sur la situation politique actuelle en Palestine, sur le vécu au quotidien des Palestiniens, sur l’état de division des forces politiques palestiniennes et sur le processus de réconciliation actuellement en cours. Il fera le point également sur l’installation pour le moins brutale de la nouvelle administration américaine et ses répercussions dans la région.

Bref, un menu très copieux pour cette soirée qui aura lieu le mardi 14 février à la Maison des Syndicats Salle de réunion N°2 (Niveau -1) 4- bis Rue Léonard de Vinci (Planoise) à 20h .

Bien entendu Bilal s’efforcera de répondre à toutes les questions que vous voudrez bien lui poser.

 

                                 Le Collectif Palestine

 

   N.B : Pour ceux qui l’ignoreraient) la Maison des Syndicats se situe tout à côté de l’Espace Planoise Bus et tram : arrêt Europe / Allende. Parkings à proximité immédiate : si possible, optez pour le covoiturage. 

 

Posté par palesamitie à 10:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 février 2017

En mémoire de Jean ABBOUD

ABBOUD Jean

Un champ d'oliviers planté par le groupe du dernier voyage en mémoire de Jean ABBOUD (séparé d'une colonie par "le mur"

IMG_5441WEB

IMG_5444 en mémoire de Jean ABBOUD

photos ISSA

 

Posté par palesamitie à 14:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

26 janvier 2017

Voyage musical en Palestine

Capture d’écran 2017-01-26 à 22

 

Capture d’écran 2017-01-26 à 22

Un voyage musical à la rencontre des traditions du monde, en terre sacrée de Palestine jusqu’à son cœur, Jérusalem

Du jeudi 13 au lundi 17 avril 2017

Après le franc succès rencontré lors de l’édition pilote en avril 2016, Al Kamandjâti Festival, édition # 1, s’impose sur la scène culturelle internationale comme un évènement d’exception. Festival international de musiques sacrées et traditionnelles, il réunira du 5 au 23 avril 2017 une centaine d’artistes palestiniens et internationaux. 

Partenaire du Festival, Diwan Voyage vous invite à les rejoindre dans ce fabuleux voyage musical, à la rencontre des traditions musicales de Palestine et du monde.

Rejoignez-nous dans ce voyage exceptionnel du 13 au 17 avril 2017 ou contactez-nous pour planifier votre voyage sur mesure tout au long du festival.

À très bientôt sur les routes musicales de Palestine

DIWAN VOYAGE
For Responsible Tourism

Oweidah commercial center Bldg, 
Al Awda st., Ramallah, PALESTINE
Tel/Fax: +970 2 298 55 87
Mobile: +970 568 67 13 02
E-mail: info@diwanvoyage.net 
Website: www.diwanvoyage.net

Posté par palesamitie à 22:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]

"Une bouteille à la mer" suite

2016_11_16 bouteille-a-la-mer-vdef2- diffusion membres

La conférence et le débat qui ont suivi la projection de ce film ont été enregistrés par Radio Bip qui nous informe :

Voici le lien avec les vidéos du 07/12/206 « Retour de Gaza » : http://radiobip.fr/site/palestine-amitie-retour-de-gaza-soiree-debat-avec-sarah-katz-et-pierre-stambul-au-fjt-les-oiseaux/

 

Le débat suite à la projection du film « Une bouteille à la mer » du 16 Novembre : http://radiobip.fr/site/palestine-amitie-debat-suite-a-la-projection-du-film-une-bouteille-a-la-mer-de-thierry-binisti/

 


 

 

Posté par palesamitie à 10:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]


04 janvier 2017

Et si 2017 était la BONNE ANNÉE ? celle que nous vous souhaitons


"Il est arrivé un grand petit miracle presque complètement ignoré par les médias : des milliers de femmes juives, musulmanes et chrétiennes ont marché ensemble en Israël pour la paix. Dans la nouvelle vidéo officielle du mouvement pour la paix "Women Wage Peace", la chanteuse israélienne Yael Deckelbaum chante la chanson "Prayer of the Mothers", avec des femmes et des mères de toutes les religions, montrant que la musique est en train de changer et doit changer. Un acte d'amour, un miracle féminin qui vaut mieux que mille mots. Partagez cette nouvelle tout ce que vous pouvez ! Shalom Salam Paix". Anne Flo Vanden Perre

https://www.youtube.com/watch?v=YyFM-pWdqrY&feature=share

Capture d’écran 2017-01-04 à 10

Capture d’écran 2017-01-04 à 10

Capture d’écran 2017-01-04 à 10

Capture d’écran 2017-01-04 à 10

Capture d’écran 2017-01-04 à 10

Posté par palesamitie à 10:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 décembre 2016

Interview d'un opposant israélien

Ami visiteur de ce blog bonjour,
En ce temps de bousculade, prenez 5 minutes pour lire (lien ci-dessous) le témoignage de cet ancien capitaine de l’armée de l’air israélienne, engagé à présent dans la défense du mouvement BDS pour défendre les Droits humains et ceux des Palestiniens en particulier.
Une réflexion profonde, un cheminement  intéressant…

Capture d’écran 2016-12-16 à 13

Souhaitons-nous quand même un Beau Noël en espérant que  yeux et oreilles s’ouvrent vraiment  de plus en plus de par le monde.

 

lire l 'article sur le site Middle Est Eye

Posté par palesamitie à 15:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 décembre 2016

Voyage 2016 - dimanche 6 novembre

Capture d’écran 2016-12-15 à 23

Pour lire la suite du récit de cette journée cliquez sur : 

page 1 : CR_Voyage_2016_Jour_4__6nov__page_1

page 2 : CR_Voyage_2016_Jour_4__6nov_page_2

page 3 : CR_Voyage_2016_Jour_4__6nov_page_3

page 4 : CR_Voyage_2016_Jour_4__6nov__page_4

Posté par palesamitie à 23:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

09 décembre 2016

Bulletin Palestine-Amitié n° 7 décembre 2016

Ami visiteur bonjour. Tu peux télécharger le fichier en cliquant sur

https://we.tl/vWzDT3wtzf

 jusqu'au 16 décembre seulement.



Capture d’écran 2016-12-09 à 13

page 1


 

Capture d’écran 2016-12-09 à 13

page 2


 

Capture d’écran 2016-12-09 à 13

page 3


 

Capture d’écran 2016-12-09 à 13

page 4


 

Posté par palesamitie à 13:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

05 décembre 2016

Voyage 2016 - vendredi 11 novembre

Tulkarem - Ramallah

 

Route pour Tulkarem, distante de 25 km de la côte méditerranéenne. Visite d’une exploitation agricole biologique au pied du Mur d’annexion et d’une usine chimique, avec Fayez Taneeb. Route pour Ramallah. Découverte du centre animé de Ramallah, centre administratif, politique et culturel.  Visite commémorative au mausolée de Yasser Arafat.

Dîner et nuit au Rocky Hotel, Ramallah

 

1 -Dans le bus qui nous mène à TULKAREM

Notre guide du jour, Sabri,  établit une comparaison entre l’apartheid en Afrique du Sud et en Palestine :

-        L’occupation des territoires : Les Noirs Sud-Africains vivaient sur 13 % des territoires répartis en 14 cantons ; les Palestiniens en occupent aujourd’hui 12 % sur 4 cantons.

-        La circulation des personnes : elle était conditionnée pour Les Noirs Sud-Africains à des autorisations  pour se déplacer ; elle se fait pour les Palestiniens via des check-points (600 postes militaires en Cisjordanie)

-        La révolte : en 1976, soulèvement des Noirs Sud-Africains contre l’apartheid ; en 2004, manifestations des Palestiniens à Gaza suivies de répressions.

En 2003-2004, le mur a été construit le long de la route bordant  la Ligne Verte (ligne de démarcation du Territoire de 1967). En 2004, il a été supprimé et reconstruit à l’intérieur. Pourquoi ce changement d’itinéraire du mur ? Pourquoi les Israéliens ont déplacé le mur  vers l’intérieur ?

Le 9 Juillet 2004, la Cour de Justice de La Haye condamne Israël à démolir le mur. Israël est affaibli par le système judiciaire international. Que font les Israéliens ? Deux jours auparavant, ils démontent une partie du mur pour faire croire qu’ils s’inscrivent dans une démarche de minimisation de l’importance de construction du mur.  Les Israéliens reconstruisent ensuite le mur en intégrant 3 villages de la Cisjordanie. Pourquoi ? A cause de la présence de nappes phréatiques ! 3 puits artésiens sont détruits ainsi que 210 entrepôts et commerces de grossiste en fruits et légumes, l’un des 3 villages, Baker Chakieh, étant la plaque tournante du marché en fruits de légumes pour toute la région. En fait, cette décision de justice de la Cour de La Haye n’aura aucun impact sur  la démolition du mur ni sur l’indemnisation des personnes lésées. Israël passe outre, encore une fois, les décisions internationales.

Gisèle nous précise qu’un grand nombre d’oliviers a été planté dans cette zone (entre Tulkarem et Jénine) dans le cadre de la Campagne de plantation d’oliviers menée par Palestine-Amitié en partenariat avec l’association de Dole « Réseau pour une Paix Juste au Proche Orient » : 5000 la première année, 6000 la seconde et 7000 la troisième. Des subventions ont été octroyées par les Conseils généraux du Doubs et du Jura, et par la Région de Franche Comté.

 

 

2- Accueil par Abou Ahmad et Oum Ahmad dans les champs d’oliviers de leur exploitation

Abou Ahmad est le coordinateur local de la campagne pour la plantation d’oliviers  qui a pour objectif de matérialiser la présence des Palestiniens sur leurs terres et de freiner l’extension des colonies. C’est un symbole fort pour les gens ici. Le projet est de planter encore 2000 arbres. Ici, on ne peut cultiver qu’en cultures sèches, contrairement aux plaines où la terre est plus riche. Les paysans sont obligés de mettre en culture des terrains de garrigue pour occuper le terrain et ne pas laisser en fiches, car les Israéliens pourraient les confisquer. Cela représente un gros investissement pour les paysans. Abou Ahmad nous explique que les Israéliens font des lâchers de sangliers pour saccager les plantations des Palestiniens ! La moitié de ses terres se trouve de l’autre côté du mur, c’est-à-dire que les Israéliens cultivent ses oliviers. Certaines terres sont accessibles par des « portes agricoles ». Par exemple, à Tulkarem, il en existe 14 ; cependant, 6 n’ont jamais été ouvertes. Quant aux 8 autres, certaines ouvrent une fois par semaine, d’autres quelques jours par semaine.

Un autre impact de la présence du mur est l’entrave à la circulation des troupeaux. Le mur a aussi des effets néfastes sur l’environnement.

Par exemple, dans la colonie Chahak, en face de nous, se trouve une entreprise de recyclage de pneus qui rejette ses déchets dans la vallée. Tout est fait pour déplacer le centre économique à l’intérieur des terres « La géographie dessine la guerre », dixit Jean-Pierre.

P1090630web

 

Nous remarquons que certains arbres ont une étiquette avec le nom du donateur et le numéro de son département, et d’autres, pas. Cet étiquetage se fait à partir de listes. S’il n’y a pas de listes, les paysans ne peuvent pas inscrire les noms, ce qui explique que certains arbres ne soient pas étiquetés.

P1090629web

P1090639web

Fayez, Abou Ahmad et Ahmad

P1090628web

L'olivier, face au mur (en bas le long de la route), symbole de résistance

3 - Retour à Tulkarem pour visiter la ferme de Fayez appelée Hakoritna Farm

Fayez est le coordinateur national de la campagne pour la plantation d’oliviers en Palestine. Sa ferme se trouve proche de la ligne verte. Le mur passe à l’intérieur de l’exploitation et 60 % des terres de Fayez se trouvent de l’autre côté du mur. Sa ferme se trouve coincée entre le mur depuis 12 ans et une usine chimique depuis 25 ans.

P1090643web

P1090654web

P1090657web

Il nous explique que dès 1984, les Israéliens ont construit des zones industrielles et des usines chimiques. Ainsi, cette usine chimique se trouvait sur la côte. Les Israéliens ont protesté car elle était trop proche de leurs résidences. Le gouvernement a approuvé et a fait fermer l’usine… qui a été installée… en bordure de Tulkarem qui compte 85000 Habitants. Ceux-ci ont utilisé les mêmes moyens que les Israéliens, à savoir protestations, pétitions, manifestations  et les mêmes arguments, notamment la présence de cette usine trop proche des habitations. Ils ont porté l’affaire devant les tribunaux qui se sont déclarés… non compétents car l’usine est en Cisjordanie. Ils ont fait analyser les terres par un laboratoire israélien qui ne leur a pas remis les résultats. Il y a des effets nocifs sur les enfants, la stérilité, la survenue de maladies précoces chez des personnes vivant à côté de cette usine.

Cette contrainte a fait prendre conscience à Fayez de la nécessité de changer ses habitudes de production et de travailler de façon biologique.  Il est proche de José Bové, en lien avec les organisations paysannes et membre des Amis de la Terre, organisation reconnue par les Nations Unies. Il travaille de façon bio même s’il n’y a pas de demande locale.

Un panneau à l’entrée de l’exploitation indique que 3 éléments sont essentiels à la vie : l’eau, les aliments et l’énergie. Enfermée  sur 3 côtés par le mur et par l’usine chimique, il explique que la vie se poursuit par l’innovation. De nombreuses pressions pèsent sur lui et sa famille. Exemples : on lui ferme l’accès à son terrain, on coupe les tuyaux d’eau, on détruit 8 000m² de toiles de serres, on pulvérise ses arbres de produits chimiques, on tire dans l’exploitation….

Fayez nous retrace son parcours. Il a 60 ans aujourd’hui, il est marié avec Mouna. Ils ont 4 garçons et 1 fille.

Militant dès 16, 17 ans.

En 1987, il fait partie du syndicat des employés de la commune.

En 2000, il est coordinateur des comités de paysans.

En 2003, il devient membre du comité populaire contre le mur.

En 2006, membre de la délégation palestinienne au Tribunal de La Haye. Il participe aux Nations Unies à des cycles de réunions contre le mur. Il participe aussi au  tribunal international RUSSEL[i][1], d’où est sortie l’idée du million de plantation d’arbres en Palestine. Cela va être étendu à d’autres pays, notamment l’Afrique.

Fayez nous explique ses choix de production. Tulkarem est la plaque tournante en matière de grossistes en fruits et légumes. Pour compenser la suppression de ses 60 % de son exploitation, il a loué un terrain pour faire des serres (tomates, concombres, radis, persil, etc…).

Il cultive 263 variétés de tomates. Un plant, cultivé entre août et mai, peut atteindre 10 m grâce à une judicieuse façon de l’exploiter et de l’attacher. Le risque étant les insectes, il n’utilise pas de pesticide. Il lâche des abeilles qui vont « polléniser » les plants. Chaque boîte contient 120 abeilles. Tous les trois mois, il change de boîte, qu’il doit acheter aux Israéliens, car les Palestiniens n’ont pas le droit d’exploiter les abeilles !

Le vert à l’intérieur des serres contraste étrangement avec le gris, triste et sale, du mur et de l’usine chimique.

P1090646web

P1090647web

Ses projets :

-        La production de méthane et d’engrais à partir du fumier. C’est expérimental pour l’instant, son but étant de stocker du méthane pour pouvoir chauffer ses serres en hiver.

-        La transformation des produits pour assurer des ventes tout au long de l’année ; sécher les produits grâce à un panneau solaire qui alimente des ventilateurs récupérés sur un ordinateur

P1090660web

P1090663WEB

 

-        L’utilisation de l’eau en circuit fermé à partir d’un grand réservoir d’eau collectée sur l’exploitation (par ex du toit des serres) où seraient placés 5000 poissons dont les excréments se déposeraient au fond et donneraient une fumure très nourrissante. L’eau servirait à arroser les plants dans les serres. Elle serait récupérée, filtrée et pure, et viendrait réoxygéner l’eau contenue dans le grand réservoir. Fayez nous présente le modèle réduit de ce projet avec arrosage de fraises (qui seront sur le marché en février). Cette installation lui permettrait d’être autonome en ressources énergétiques. Il collecte déjà l’eau des toits de ses serres en hiver. En été, l’eau lui coûte 1400 €.

 

Après la visite de la « Hakoritna Farm », nous sommes accueillis dans la maison de Fayez et de son épouse pour un copieux déjeuner suivi d’un « happy birthsday to you ! » (car Fayez a 60 ans aujourd’hui !) … 

IMG-20161112-WA0005web

P1090675web

avec petits gâteaux et café et d’échanges d’objets traduisant l’amitié et la reconnaissance de l’autre dans ce combat pour le droit.

 

4 - Départ pour Ramallah : visite du Musée Yasser Arafat et de son mausolée

Ramallah est aujourd’hui la capitale administrative de l’Autorité Palestinienne. Elle capte l’aide internationale. C’est une ville riche avec de grands immeubles et de nombreux chantiers. Elle est habitée par de nombreux internationaux (ONG, etc...)

Elle abritait La Mouqata’a (en quelque sorte l’Elysée) de Yasser Arafat. Aujourd’hui, un musée dédié à sa mémoire et  son mausolée peuvent être visités.

«  Selon l'architecte palestinien, Jaafar Touqan[2],  la conception de ce complexe est censée symboliser le mode de vie spartiate d'Arafat et son sacrifice personnel pour la cause palestinienne…Sur l'esplanade pavée, le mausolée, entouré d’un bassin sur trois côtés, est un cube dont la forme rappelle symboliquement la Kaaba (à La Mecque) et dont le sommet est parcouru de versets coraniques. Ses dimensions, 11 mètres par 11 mètres, évoquent la date de la mort d'Arafat, le 11 novembre. (Extrait de wikipédia) »

Un olivier de l’Esplanade des mosquées est planté ici.

L’eau dans le bassin indique que rien n’est stable pour toujours… ESPOIR

 

 

 

Le Mausolée

Il est écrit :

«  Au leader historique et martyr, Yasser ARAFAT, né le 4/09/1929 et tombé le 11/11/2004 ».

Yasser voulait être enterré à Jérusalem mais les Israéliens ont refusé.

Qui était Yasser ARAFAT ?

Il était l’un des fondateurs du Fatah en 1965 et en devient rapidement le dirigeant, avec sa branche armée Al Assifa (la tempête en arabe).

La bataille de Karameh, en Jordanie, le 21 mars 1968, marque un tournant dans la résistance armée palestinienne et assoit Yasser ARAFAT dans son rôle de leader Palestinien. L’armée israélienne mène une offensive contre ce village qui est une base de la lutte armée palestinienne. Elle doit fuir, laissant derrière elle, chars et blessés. Pour les Palestiniens, c’est une grande victoire politique, même si les pertes humaines sont lourdes.

Après la défaite arabe de 1967 face à Israël, Karameh symbolise la revanche. Les Palestiniens considèrent alors que seule la lutte armée conduira à la libération de la Palestine.

En 1968, Arafat sort de la clandestinité et se présente, habillé en soldat avec un keffieh sur la tête.

Nasser, en Egypte, reconnaît et  soutient Arafat. En 1969, Arafat prend la tête de l’OLP (Organisation de Libération de la Palestine) et y  restera jusqu’à sa mort.

P1090682web

P1090684web

Le musée Yasser Arafat

Il retrace l’histoire du peuple palestinien et de son leadership.

De grands panneaux explicatifs situés le long des murs d’un long couloir grimpant donnent des informations très intéressantes et factuelles sur l’histoire de la Palestine. A la lecture de ces documents, on s’aperçoit que l’histoire du conflit israélo-palestinien  ne remonte pas à 1948 avec la création de l’état d’Israël, ni en 1917 avec la déclaration Balfour[3], mais qu’il prend racine dans un grand dessein sioniste, avançant masqué et relayé,  qui a été conçu bien auparavant, au minimum dès la fin du 19ème siècle et qu’il perdure jusqu’à aujourd’hui.

La partie la plus émouvante est certainement la visite (au pas de course !) du Q.G. d’ARAFAT. La grande table, notamment, me rappelle des scènes vues en film, lors d’entretiens de Yasser Arafat dans des moments particulièrement difficiles,  notamment lors qu’il était assiégé.

P1090692web

P1090693web

Texte de CHRISTINE

Photos de CATHERINE

 


[1] Le Tribunal Russell sur la Palestine est un tribunal d'opinion, fondé en mars 2009, pour « mobiliser les opinions publiques pour que les Nations unies et les États membres prennent les mesures indispensables pour mettre fin à l’impunité de l’État d’Israël, et pour aboutir à un règlement juste et durable de ce conflit »

Son site web : http://www.russelltribunalonpalestine.com/en/

[2] Jaafar Touqan est l’architecte qui a conçu et réalisé le complexe

[3] La Déclaration Balfour de 1917 est une lettre ouverte datée du 2 novembre 1917 et signée par Arthur Balfour, le Foreign Secretary britannique. Elle est adressée à Lord Lionel Walter Rothschild (1868-1937), éminence de la communauté juive britannique et financier du mouvement sioniste, aux fins de retransmission.

« Cher Lord Rothschild,

J'ai le plaisir de vous adresser, au nom du gouvernement de Sa Majesté, la déclaration ci-dessous de sympathie à l'adresse des aspirations juives et sionistes, déclaration soumise au Parlement et approuvée par lui.

Le gouvernement de Sa Majesté envisage favorablement l'établissement en Palestine d'un foyer national pour le peuple juif, et emploiera tous ses efforts pour faciliter la réalisation de cet objectif, étant clairement entendu que rien ne sera fait qui puisse porter atteinte ni aux droits civils et religieux des collectivités non juives existant en Palestine, ni aux droits et au statut politique dont les Juifs jouissent dans tout autre pays.

Je vous serais reconnaissant de bien vouloir porter cette déclaration à la connaissance de la Fédération sioniste.

Arthur James Balfour 

Source : wikipedia



 

Posté par palesamitie à 15:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :