PALESTINE-AMITIÉ Besançon

14 novembre 2017

Des nouvelles de Salah HAMOURI

 

Depuis la prison du Néguev, Salah Hamouri nous adresse ces quelques mots.


"J’ai ressenti une étrange sensation, lorsque, le 23 août, aux alentours de 4h30, si je me souviens bien, j’étais tiré de mon sommeil par des bruits sourds. Quelqu’un s’acharnait sur la porte de mon appartement et appuyait nerveusement sur la sonnette à répétition. Je me suis dit que je connaissais ce type de vandalisme mais dans les toutes premières secondes, je pensais qu’il s’agissait d’un rêve. Je vis dans un bâtiment de six étages, à Jérusalem-Est. Chaque étage est composé de deux appartements. Les soldats et leur commandant ne savaient exactement dans quel appartement je vivais, alors, ils ont frappé brutalement à chaque porte. J’ai alors eu une pensée pour mes voisins, tous réveillés en plein nuit par les soldats, terrorisant chaque famille, je pouvais entendre des enfants pleurer.
 
Les soldats n’ont pas cessé de frapper sur ma porte jusqu’à ce que je finisse par ouvrir, encore engourdit par le sommeil. Le premier soldat que j’ai vu portait une cagoule. Je ne pouvais voir que ses yeux remplis de haine. Il m’a alors hurlé dessus, me demandant ma carte d’identité. Après vérification, les soldats présents ont appelé du renfort, en criant qu’ils avaient trouvé la personne qu’ils cherchaient.  A la seconde où j’ai compris que la force occupante venait bien pour moi, mon cerveau m’a envoyé un ordre clair : « Une nouvelle bataille commence là pour toi, cet ennemi ne doit pas te vaincre une seule seconde ». Ils m’ont forcé à m’asseoir sur une chaise et trois soldats m’entouraient, leurs armes pointées sur moi. Pendant ce temps-là, leurs collègues ont fouillé tout l’appartement, bouleversant les meubles, les livres, les vêtements… Je les sentais fébriles, ils s’énervaient, ils ne trouvaient rien de ce qu’ils cherchaient dans cet appartement. Le commandant a fini par donner l’ordre de repli. Ils m’ont alors ordonné de m’habiller pour partir avec eux. En marchant vers la porte d’entrée de mon appartement, avant d’en sortir pour une durée qui m’était inconnue, je fixais la photo de mon fils accrochée au mur. Dans son regard, j’ai puisé de la force pour affronter les durs moments qui m’attendaient. Je l’imaginais me dire « Papa, sois fort, on sera vite réunis tous les trois ». Je lui promettais alors de rester fort et de ne jamais donner l’occasion à cette occupation de nous confisquer notre humanité et de détruire notre vie comme elle s’acharne à le faire. Ils me bandèrent ensuite les yeux et me conduisaient dans une voiture blindée. La marche vers ce nouveau destin commençait. Une marche pénible vers un monde que je ne connais que trop bien. Un monde dans lequel nous devons rester forts, humains et garder notre sourire en toute circonstance. Une nouvelle fois, je suis conduit dans ce véhicule blindé vers l’endroit le plus sombre et le plus misérable pour un être humain : une prison de l’occupant.
 
En arrivant dans la prison du Neguev, après deux semaines passées dans le centre d’interrogatoire,  tout me semblait tristement familier. Je suis rentré dans la section 24, j’ai vite reconnu les visages que j’avais quittés il y a quelques années. Je n’ai pas su quoi leur dire, j’étais soudainement impressionné de les retrouver ici. Parmi eux, certains sont derrière les barreaux depuis plus de quinze ans. Ils me questionnaient et je ne savais pas quoi leur répondre. « Qu’est ce qui est arrivé, pourquoi es-tu là ? ». Je n’avais pas les réponses à leurs questions. Pas plus que je n’arrivais à leur parler de l’extérieur, eux, qui sont là depuis tant d’années. Que faisons-nous pour eux, pendant qu’ils paient le prix de leur lutte ? En les retrouvant, je me demandais si j’avais assez agi pour parler d’eux à l’extérieur. On a ensuite énormément discuté. Un détenu m’a dit « Ah tu es de retour, on va parler de nous en France alors ! ». J’ai réalisé alors que malgré ma nouvelle privation de liberté, je n’avais aucun doute sur le fait que la mobilisation allait se mettre en place en France, c’est un véritable espoir pour moi et pour eux.  J’ai pensé à toutes les personnes qui avaient déjà lutté pendant ma première incarcération et depuis, toutes celles et ceux que j’ai rencontrés en France et en Palestine. Aucun doute qu’ils seraient tous à nouveau au rendez-vous pour dénoncer l’injustice qui nous frappe.
 
Et des éléments que je reçois par fragments, je sais que vous êtes même plus nombreux que la dernière fois ! Des personnalités que j’apprécie, des élu-e-s, des citoyen-ne-s en nombre plus nombreux encore vous vous êtes mobilisés pour dénoncer  l’injustice, l’arbitraire et pour exiger ma libération.
 
Je vous en remercie très sincèrement. Je veux vous dire aussi que je serai digne du soutien que vous m’accordez. On ne marchande pas la liberté même si on la paie parfois très chère. Ce n’est pas une question d’entêtement mais de dignité et de principe : pour la liberté je ne lâcherai rien. Le peuple palestinien, comme tous les autres, ne veut pas vivre à genoux. Et quelle force cela nous procure que de savoir que, vous aussi, vous n’avez pas l’intention de lâcher. Cela, l’occupant ne le mesure pas. Moi je le ressens au fond de moi. Et c’est pourquoi même quand il pleut je pense au soleil qui vient…"


Salah Hamouri
Novembre 2017, prison du Néguev, section 24

Posté par palesamitie à 10:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]


13 novembre 2017

Voyage 2017

VOYAGE SOLIDAIRE 2017
Dernières nouvelles et dernières photos du nouveau groupe du Voyage solidaire en Palestine qui  viennent de nous parvenir. 
«  L’une d’elles, nous dit Christine Abboud qui accompagnait ce voyage cette année, est prise dans le beau cadre de l’oasis de Nabi Moussa et l’autre au camp de réfugiés d’ Aqabat Jaber où, comme de coutume, nos amies du Women Center nous ont si chaleureusement reçus et saluent grandement tous les amis de Palestine-Amitié !
Les valises sont en train de se boucler  et demain, c’est le départ… 
Nous avons vu Issa hier qui nous a emmenés voir les oliviers plantés  l’an dernier ainsi que le propriétaire du champ. Seuls 3 oliviers ont péri.
Aujourd’hui, nous avons réalisé le programme prévu pour ce dimanche: entretiens  sur les prisonniers politiques avec Addameer puis rencontre avec le Père Manuel à Birzeit. Entretiens poignants qui ont touché les membres de notre groupe. 
Visite du musée Arafat ensuite, toujours trop courte ! »
 
A présent, nous attendons donc le retour de « nos Voyageurs » et les témoignages qu’ils ne manqueront pas de nous faire sur ce nouveau Voyage en Palestine que Palestine-Amitié a organisé du 2 au 13 novembre.
 (photos prises par Hervé Picaud, l’un des participant à ce voyage)

 Groupe voyage Palestine 2017 WEB PALAM

 

 

Groupe voyage 2017 2 webpalam

Posté par palesamitie à 10:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

08 novembre 2017

Film LES CITRONNIERS le mardi 21 novembre 2017 au FJT Les Oiseaux

Les citronniers _21_nov_2017_fest-sol-2017-Vdef-Avec-vignette[20]

Posté par palesamitie à 23:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 octobre 2017

Marche pour la paix 2017 à Besançon

Prise de parole de Palestine Amitié durant la marche pour la paix qui s'est déroulée le 23/09/2017 à Besançon


 

 

Il ne peut y avoir de paix sans justice.

 

En Palestine, les Palestiniens n’ont plus aucun droits : l’occupant israélien accapare leur terre, détruit leur maison, saccage leurs cultures, et cela en toute impunité.

Ils résistent « résister, c’est exister » disent-ils. Mais la moindre résistance, même non-violente est combattue violemment et les conduit à la prison. Or la déclaration des Droits de l’Homme de 1789, art.2  précise : «la résistance à l’oppression est un devoir fondamental».

En Avril 2017,  1500 prisonniers politiques palestiniens ont entamé une grève de la faim dans les geôles israéliennes.

Actuellement, 6500 prisonniers politiques palestiniens sont emprisonnés et cela pour un pays guère plus grand que le département du Doubs

   - dont 300 mineurs (à partir de 12 ans en violation de la Convention internationale pour les Droits de l’enfant),

   - 580 Palestiniens sont en détention administrative (chiffre de 2015).

Depuis 1967, date de l’occupation de la Cisjordanie par Israël, ce sont 700 000 Palestiniens qui sont passés par les prisons israéliennes. Comparé à la population française, cela équivaudrait à 10 millions de personnes arrêtées par l’armée d’occupation.

La fédération Internationales des Droits de l’homme souligne que les conditions de détention infligées aux prisonniers palestiniens ne respecte aucun des standards internationaux et que 85 %  d’entre eux ont été soumis aux pratiques de la torture.

La prison coloniale est pour Israël un instrument de destruction de l’identité de la société palestinienne.

Notre ami franco-palestinien Salah HAMOURI est encore une fois emprisonné par Israël.

Salah HAMOURI, marié à une française, père d'un jeune enfant, vivant à Jérusalem-Est, cet avocat de 32 ans est un fervent défenseur des Droits de l'Homme.

Libéré le 18 décembre 2011 après 7 ans de détention suite à un procès inique dont il a toujours nié l'accusation, Salah HAMOURI a de nouveau été arrêté chez lui le 23 août 2017 par l'armée d'occupation israélienne et incarcéré. Il est condamné à 6 mois de détention administrative

La détention administrative permet à Israël d'incarcérer tous les opposants palestiniens pour  une période de 6 mois renouvelables indéfiniment, sans procès, soit un arbitraire total.

Salah était notre invité, en septembre 2014, pour la journée de la paix que nous avions organisée à Besançon.

Nous demandons au Président de la République qu’il intervienne auprès des autorités israéliennes pour exiger la libération de Salah HAMOURI. Nous vous invitons à lui écrire.

Vous trouverez adresse et modèle auprès des militants de Palestine-Amitié, ici présents.

 

En conclusion : Le rapporteur spécial de l’ONU, Richard FALK, a déclaré : « Israël impose un régime d’apartheid violent au peuple palestinien, ce qui constitue un crime contre l’humanité »

Posté par palesamitie à 11:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 octobre 2017

Campagne plantation oliviers en Palestine

Affiche_evennement oliviers

Posté par palesamitie à 13:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]


07 septembre 2017

Libérez Salah Hamouri

affiche_salah_hamouria

Posté par palesamitie à 11:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 septembre 2017

Actualité Salah Hamouri

 

IMG_5871-R Salah Hamouri ph Mimile

 

ph. © D Grandvuillemin

Message d'Elsa Lefort, son épouse
La cour s’est réunie ce matin (5 sept 2017), à Jérusalem pour confirmer ou annuler la mise en détention administrative de Salah Hamouri ordonnée par Avigor Liberman.
Pour le moment, la détention administrative de six mois est suspendue et Salah est condamné à purger la fin de sa peine précédente, soit trois mois. Salah avait été libéré en décembre 2011, dans le cadre de l’échange de 1027 prisonniers politiques palestiniens contre le soldat franco-israélien Guilad Shalit. Un échange au cours duquel, la France avait directement pris part aux négociations. Il est très fort probable que le procureur fasse appel de cette décision d’ici 48h car il a affirmé ne pas l’accepter. 
Une fois de plus, les autorités israéliennes s’acharnent sur Salah Hamouri. La France doit désormais redoubler d’efforts pour faire libérer notre compatriote. A l’arbitraire de l’incarcération de Salah, notre concitoyen, s’ajoute désormais une injure à un accord précédemment acté avec la diplomatie française. La France est doublement concernée car Israël rompt ainsi son engagement formel.
Salah ne doit pas passer un seul jour de plus en prison, ni six mois, ni trois mois ! Emmanuel Macron doit se saisir directement et vigoureusement de la défense de notre concitoyen !
#LiberezSalah

 

Posté par palesamitie à 13:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 août 2017

Soutien à Salah Hamouri

Capture d’écran 2017-08-25 à 10

Nous apprenons par un message d’Elsa Lefort, sa femme, l’arrestation de Salah Hamouri

MESSAGE D’ELSA LEFORT

"Salah Hamouri a été arrêté cette nuit à notre domicile de Jérusalem-Est par l'armée d'occupation venue en grand nombre le cueillir dans son sommeil. Comme souvent, les autorités militaires ne donnent aucun motif à cette arrestation et nous n'avons que peu d'informations au sujet de sa détention, il n'a pu contacter personne. Nous demandons à la France d'agir avec conviction pour protéger et obtenir la libération de notre concitoyen qui subit une fois de plus l'arbitraire israélien." 

L'arrestation de notre concitoyen - dont le seul crime est de résister à l’occupation et à la colonisation est inadmissible et insupportable.

Notre mobilisation doit être immédiate et massive. Les autorités françaises ne doivent pas laisser passer une telle infamie. C'est la raison pour laquelle nous vous invitons :

- à laisser des messages sur le site du consulat général de France à Jérusalem en suivant ce lien:

https://jerusalem.consulfrance.org/Contactez-nous-par-mail

- et aussi Ministère des affaires étrangères à l’adresse suivante 

http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/mentions-legales-infos-pratiques/nous-ecrire/

en remplissant le formulaire avec comme objet « Français de l’étranger »

- ainsi qu'à la présidence de la République  http://www.elysee.fr/ecrire-au-president-de-la-republique/

 

NDLR : Les participants à un voyage organisé par Palestine-Amitié avaient rencontré Salah Hamouri le 2 novembre 2015. Voir le compte-rendu de cette journée en cliquant sur ce lien.

D'autre part, le Collectif de soutien aux prisonniers politique Palestiniens, avait organisé une soirée en septembre 2014, où Salah était présent

flyers_prisonniers2[7]

IMG_5871-R Salah Hamouri ph Mimile

Posté par palesamitie à 11:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 août 2017

Marche pour la paix 2017

Affiche marche pour la paix 2017

Le compte à rebours est lancé !
 
Le samedi 23 septembre dans toute la France, les comité du Mouvement de la Paix vous donnent rendez-vous pour les traditionnelles Marches pour la Paix.
 
Dans une société bouleversée, fracturée, où d'aucuns souhaiteraient entendre le bruit des bottes, dans un monde où des puissances militaires nucléaires, États-Unis et Corée du Nord menacent l'existence même de l'Humanité, le désir mais surtout la nécessité de Paix s'imposent !
La paix passe le respect des minorités, des vies animales et végétales, des différences, les mêmes droits pour tous les humains, l'accès à l'eau, à la culture, à l'éducation, à un travail digne...Tout cela est et fait la paix.
 
Nous ne pouvons pas obtenir la paix seuls !
Nous avons besoin de chacun et chacune, nous avons besoin de montrer que le monde que nous voulons n'est pas celui-là !

Il est donc toujours aussi urgent de marcher pour un monde de justice ; de fraternité et de paix.

Rendez-vous le 23 septembre !

Posté par palesamitie à 10:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 août 2017

Nouveau lien vers l'AURDIP

Capture d’écran 2017-08-22 à 10

Posté par palesamitie à 10:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]